Les bains, patrimoine culturel selon l’UNESCO

Dans la région autonome du Tibet, Lhamo Tsering, un résident de Lhassa âgé de 34 ans, souffrait. C’était en 2014 et elle venait d’accoucher. Une arthrite douloureuse et engourdissante a suivi, affectant tout son corps.

La douleur était implacable – jambes, bras, mains, yeux, visage, articulations, cuir chevelu et même ses ongles. Elle avait des difficultés avec les besoins quotidiens, comme aller aux toilettes.

« À part mes cheveux, chaque partie de moi avait mal », a-t-elle dit. « Même une légère brise pouvait le provoquer et était une source d’effroi. J’avais peur de toucher des objets froids tels que de l’acier, de l’eau, du verre ou même une bouteille thermos. Je craignais de devenir paralysé ou de mourir. Aucun des Chinois ou La médecine occidentale avait fonctionné. « 

Elle est devenue recluse pour calmer la douleur.

« Je me suis enfermée dans une pièce pendant des mois. Je ne pouvais pas sortir et je n’avais pas mangé les aliments épicés qu’il m’avait conseillé d’éviter », a-t-elle déclaré.

Lhamo Tsering s’est tourné vers un traitement médical tibétain appelé lum, consistant en une série de bains chauds dans une baignoire remplie d’une soupe aux herbes. Cette soupe thérapeutique est personnalisée selon les anciennes recettes pour répondre aux besoins de chaque patient. Elle fait son choix parmi une liste de plus de 100 herbes aux propriétés médicinales.

Les bains ont été reconnus comme patrimoine culturel immatériel par l’UNESCO en novembre. La thérapie est l’une des quatre thérapies physiques principales inscrites dans le Gyud phyi – quatre tantras médicaux tibétains – un classique de l’instruction médicale compilée au VIIIe siècle. Selon la légende, le traitement aurait été transmis de manière informelle pendant des millénaires auparavant. Les témoignages sur son efficacité sont abondants.

Un schéma thérapeutique typique consiste en deux bains quotidiens pendant sept jours, au cours desquels la température de l’eau augmente progressivement d’environ 37 ° C le premier jour à environ 42 ° C après trois à quatre jours. La température est ensuite progressivement abaissée jusqu’au niveau de départ à la fin du traitement. Des symptômes sévères peuvent nécessiter des cours de 14 voire 21 jours. Chaque session dure généralement entre 45 minutes et une heure.

Tashi Tsering, 53 ans, directeur de l’Institut de médecine et d’astrologie tibétaines à Lhokha, a déclaré que la thérapie par le bain lum avait un bon bilan curatif des maladies allant de la polyarthrite rhumatoïde à la hernie discale lombaire et à d’autres problèmes du bas du dos à la paralysie et aux maladies de la peau.

Bien sûr, il n’y a aucune garantie. Les thérapies traditionnelles, y compris la lumière corporelle, reposent généralement sur les concepts de bien-être général, plutôt que sur des atteintes à une pathologie ou un agent pathogène particulier avec des médicaments ou d’autres interventions, comme en médecine occidentale. Ils concernent autant la prévention que les remèdes.

Un des résultats de cette approche est qu’il est difficile d’établir la relation entre les traitements traditionnels et les résultats spécifiques. La foi peut être en jeu autant que la science.

Mais pour des personnes comme Lhamo Tsering, cela ne fait aucun doute. « J’ai eu trois traitements de bain et j’ai récupéré », a-t-elle déclaré. « Je n’avais pas besoin de dépenser beaucoup d’argent. »

Laisser un commentaire

six + huit =