Le Mandala du Bouddha de Médecine

Le mot Mandala est dérivé de la racine sanskrite Manda, qui signifie « essence », accolé au suffixe « la » qui marque la position, la situation. En tant qu’image, le mandala peut symboliser tant le corps que l’esprit du Bouddha. Dans le bouddhisme ésotérique, il représente la présence même du Bouddha.

Avant qu’un moine ne soit autorisé à travailler à la construction d’un mandala, il doit passer par une longue période d’entraînement et de mémorisation des techniques artistiques. Il doit savoir dessiner chacun des différents symboles et étudier les concepts philosophiques de chacun, ce qui peut durer plusieurs années pour un seul mandala.

Le Mandala du Bouddha de Médecine est la première peinture d’une série de 79, destinées à l’enseignement de Gso ba RigPa, la médecine tibétaine. Ces peintures servent d’illustrations au texte fondamental, le Gyu Shi, également connu sous le nom des Quatre Tantras (ou encore Traité du Beryl Bleu). A travers ces peintures, le Bouddha de Médecine enseigne directement la science de la guérison à ses disciples.

Le palais central du Mandala du Bouddha de Médecine est le lieu où la science médicale est enseignée. Le Bouddha Sakyamuni, celui que l’on appelle plus communément le Bouddha, sied au centre du palais, sur un trône incrusté de diamants. Entouré de bâtisses, de forêts médicinales et de montagnes, l’ensemble forme sMen Byi Brong Kher lTa na sDug, La Majestueuse Cité Médicinale.

Les noms de Sangye Menla sont nombreux, ils expriment tant ses capacités immenses (Le Guérisseur sans Faille du Samsara, par exemple), que son aspect bleu foncé, issu du Lapis Lazuli (Vaidura Prapha Raja, le Roi du Lapis Lazuli). Il tient dans sa main droite un myrobolan (plante symbole de la médecine tibétaine) et laisse reposer sur sa main gauche en position de méditation un bol dodécagonal rempli de nectar, dont les douze côtés symbolisent les douze résolutions prises de venir en aide aux êtres vivants.

Les cinq précieuses formes du palais :

Le palais est décoré de nombreux joyaux, qui sont le symbole de la guérison de toutes les maladies, qu’elles soient originaires de désordres de rLung, Badka ou mKhrispa, les trois humeurs fondamentales dans la médecine tibétaine.

Pour une maladie de la chaleur, on soignera par le froid, pour une affection du froid, on soignera par la chaleur.

Au sud de la ville, se trouve la montagne Ri bo aBigs byed, aux capacités semblables au soleil ; son principe est chaud, on y trouve les plantes médicinales comme la grenade ( tibétain : se a bru da, latin Punica Granatum), le poivre noir ( tibétain : Na le sham, latin Piper Nigrum) ou encore le Piper Lungum (lat., tibétain : PiPi Lung), toutes utilisées dans les maladies dues au froid ou leur prévention.

Les saveurs des éléments dans cette forêt sont chaudes, acides et salées ( tibétain : lan tshva ro), les capacités sont chaudes et tranchantes, ce qui veut dire que ces plantes vont directement au but : la guérison. Les éléments que l’on y trouve sont les racines, les branches, les fleurs, feuilles, fruits, dans un paysage magnifique aux odeurs merveilleuses.

Au nord du palais, se trouve la montagne Ri po gangs tchen, dont les énergies sont froides, identiques à la lune ; les plantes que l’on y trouve soignent les maladies de la chaleur, telles le Santal ( tibétain : tsen den, latin Santalum), le Camphre (tibétain : gap bur, latin Cinnamomum Camphora) et Aquilaria Sinensis ( tibétain  : a ga ru).

Les goûts des éléments que l’on trouve dans cette forêt sont l’amer, astringent et sucré, leurs capacités émoussées, ce qui veut dire qu’elles sont douces, légères, voire moelleuses. Les éléments que l’on y trouve sont les racines, les branches, les fleurs, feuilles, fruits, dans un paysage magnifique aux odeurs merveilleuses.

A l’est du palais se trouve la montagne Ri Bo Bi spos nged lDan, la forêt des Arura, (latin : Terminalia Chebula Retz, Myrobolan), dont les racines sont utilisées pour soigner les os, symbolique de cette forêt. L’arbre symbolise le soin de la chair. Les branches symbolisent le soin aux veines et aux nerfs. L’écorce soigne symboliquement la peau. Les feuilles soignent les organes creux (intestins, …) et les fleurs soignent les ouvertures du corps (oreilles, yeux, …). Les fruits soignent les organes pleins.

Sur les arbres se trouvent cinq types de Arura : A ru rnam rgyal, a ru ‘jigs med, sa mthug, sKem po, mChu rings. Ils représentent six goûts différents et ont huit capacités curatives différentes avec 17 qualités différentes. Elles soignent toutes les maladies.

Les éléments que l’on y trouve sont les racines, les branches, les fleurs, feuilles, fruits, dans un paysage magnifique aux odeurs merveilleuses.

A l’ouest du palais se trouve la montagne Malaya et les plantes bZang po drug (les six médicaments suprèmes). Elles soignent toutes les maladies. On trouve également les cinq différentes calcites (tib. chong zi, latin Calcitum) (légendes à voir page 58) et également les cinq différents types de bitume (une famille de rocs assez gras dont le plus célèbre est l’asphalte – tib : bRag Shen) et cinq types d’eaux médicinales et cinq types de sources chaudes différentes.

Partout il y a du safran et l’odeur parfumée de l’encens et les roches de cristal et tous les types de sel qui existent.

Dans la forêt il y a des paons, des shang shang (un oiseau mythique à la voix merveilleuse) et les netso (perroquets) et tous les oiseaux qui chantent et enchantent la forêt. Dans la forêt, on trouve également les éléphants, les ours, les la wa (musc) et tous les animaux qui symbolisent les médicaments issus du règne animal.

L’ensemble des médicaments sont symbolisés dans cette forêt.

Au milieu du Mandala

Sur la droite et la gauche de Sangye Menla siègent six bodhisattvas; chacun symbolise une émanation du Bouddha de Médecine et tous instruisent simultanément tous types d’étudiants. Chaque classe d’élève reçoit donc ainsi des enseignements adaptés à son propre niveau de compréhension de la nature fondamentale de la réalité et de l’existence des êtres vivants.

Les personnages de la section haute

Les personnages présents en haut du Mandala représentent la lignée de la médecine tibétaine. Chaque porte est gardée par un protecteur des enseignements, les dieux du Devaloka. Au sud se tient Virudhaka, à l’épée enflammée.

Les quatre montagnes et la forêt qui entourent le palais.

Les quatre montagnes, comme les portes, représentent les quatre directions vers lesquels s’étendent les bienfaits de la médecine tibétaine ainsi que les besoins des êtres vivants. Les forêts sont composées  de plantes, arbres et fruits, et méthodes de guérison utilisés dans la médecine tibétaine. On y trouve également des animaux. A l’Ouest, on peut entrevoir cinq sources médicinales dans lesquelles se baignent les patients. Dans ces sources, on trouve différents cristaux (par exemple la calcite) qui aident à la guérison des malades.

Laisser un commentaire

18 + vingt =