Conseils de régime oriental pour l’automne

La saison d’automne intensifie l’essence du vent et du feu dans la nature, y compris le corps humain. L’été indien, qui se termine en fin de saison chaude, est très agréable, mais s’accompagne généralement d’une exacerbation de maladies chroniques et de divers autres maux liés au froid. Les médecins orientaux estiment qu’il est possible d’éviter les problèmes avec certaines modifications appropriées de l’alimentation.

Les aliments acides en automne doivent être diminués

Selon la médecine orientale, la saison d’automne intensifie l’essence du vent et du feu dans la nature, y compris le corps humain. Il est conseillé de réduire la consommation d’aliments acides et salés pendant cette période. Ces deux goûts sont liés à l’élément feu. Les aliments acides et salés peuvent déséquilibrer le corps. Les produits à goût amer et rugueux devraient prévaloir dans le menu du jour, de même que les mets relativement sucrés, qui s’opposent à l’élément du vent.

Les spécialistes de la médecine orientale classent les fruits mûrs, le lait, le beurre, la viande (à l’exception du mouton, qui possède des qualités de réchauffement accrues), les cultures céréalières (y compris le pain, le macaroni, le porridge) et les pommes de terre en tant qu’aliments sucrés. Les haricots sont très bons en automne: ils combinent des goûts sucrés et astringents, ce qui aide à calmer le feu. Cette combinaison de doux et d’astringent se trouve dans le miel, qui est recommandé comme édulcorant pour les personnes obèses.

Diminuer les graisses et le poisson de mer ainsi que la salade

On peut utiliser du beurre fondu purifié ou de l’huile de maïs pour la cuisson. L’huile de sésame est considérée comme parfaite pour l’automne. Il faut essayer de manger le moins possible de graisse: la graisse intensifie le feu, ce qui rend les plats bouillis et cuits beaucoup plus préférables.

Les médecins orientaux croient que le feu est abondant chez les poissons de mer. Par conséquent, il faut également faire attention à ces produits, en les remplaçant par de la volaille (dinde, poulet), du porc et du bœuf. Il serait préférable de ne pas manger de hareng avant la mi-novembre.

La salade verte est le produit qui s’oppose fortement au feu. Plusieurs feuilles de salade seraient un complément parfait pour le poisson ou l’oie. Le persil et le céleri sont considérés comme des arômes chauds. Il ne faut pas les rayer du menu, bien qu’il ne soit pas recommandé de les ajouter à tous les plats «pour plus de vitamines». Les carottes, les betteraves et les épinards sont très bons toute l’année.

Privilégier les baies et nourritures astringentes

Rowan et les canneberges hautes sont très bonnes en automne pour leurs qualités astringentes. On peut manger ces baies comme garniture de confiture ou de boulangerie. Par ailleurs, le goût aigre de la canneberge et de la myrtille sera bien meilleur en hiver, de même que celui du citron, qu’il vaut mieux remplacer par du pamplemousse à l’automne. On peut manger des oranges, des melons, des pastèques et des raisins sans aucune limitation.

On croit généralement que la médecine indo-tibétaine rejette l’alcool. Ce n’est pas vrai. Les vins de raisins secs ont un goût aigre secondaire et un goût aigre-doux principal. On peut boire un peu de vin sec pendant cette saison, bien qu’il faille y ajouter de l’eau afin d’atténuer le goût acidulé et acidulé. Finalement, les alcools blancs sont également autorisés en quantité très modérée, mais la bière n’est pas souhaitable du tout.

Le vinaigre naturel de pomme ou de raisin est un très bon produit ; il permet d’éviter et prévenir les maladies en automne, de même que le vinaigre de raisin qui contribue à la santé des poumons et des bronches. Et pour le vinaigre de pomme,il a un effet plus général d’amélioration de la santé : il permet une meilleure alimentation en oxygène des tissus, ce qui augmente le rendement énergétique au niveau de la cellule et évite la stagnation. Une cuillerée à thé de vinaigre ajoutée au condiment de salade, par exemple, suffirait pour une journée.

Une caractéristique particulière du déséquilibre post-été du vent et du feu dans le corps entraîne des problèmes de selles. Si les selles sont sèches, il faut manger des aliments sucrés – fruits mûrs, beurre fondu. Si la diarrhée survient fréquemment, des produits amers et astringents aideront à soulager la maladie.

Laisser un commentaire

14 + 11 =