La grossesse dans la tradition tibétaine (2/2)

Les 38 semaines de la grossesse dans la médecine traditionnelle tibétaine

Les 38 semaines qui vont de la fécondation à la naissance de l’enfant sont présentées de manière succincte et assez imagée. En voici une présentation courte de chaque semaine :

  • 1ère semaine : les substances énergétiques mâle et femelle se mêlent comme si du ferment était versé dans du lait. 2ème semaine : l’embryon s’allonge.
  • 3ème semaine : il prend l’aspect d’une gelée.
  • 4ème semaine : la forme devient un peu plus dense et ovale. Le sexe se précise.
  • 5ème semaine : le cordon ombilical se forme, reliant ainsi l’embryon au corps de la mère. Sa forme est proche de celle du poisson. 5eme semaine
  • 6ème semaine : à partir de l’ombilic, apparaît, entre autres, le « canal vital ».
  • 7ème semaine : l’irrigation sanguine vers les yeux et autres organes se met en place.
  • 8ème semaine : à son tour, la tête se dessine plus précisément
  • 9ème semaine : l’ensemble du tronc prend forme.
  • 10ème semaine : les épaules et le bassin commencent à saillir. Sa forme est proche de celle de la tortue.
  • 11ème semaine : les 9 organes sensoriels (bouche, yeux, oreilles, nez etc.) se forment progressivement.
  • 12ème semaine : les cinq viscères (cœur, poumons, foie, rate, reins) se constituent.
  • 13ème semaine : les six contenants (estomac, intestin grêle et côlon, véhicule biliaire, vessie, vésicule séminale) se créent.
  • 14ème semaine : la moelle des quatre membres est fabriquée.
  • 15ème semaine : bras et jambes prennent forme. L’embryon prend la silhouette du cochon.
  • 16ème semaine : doigts et orteils apparaissent au complet.
  • 17ème semaine : l’ensemble du corps s’innerve.
  • 10eme semaine18ème semaine : le tissu musculaire se renforce.
  • 19ème semaine : le rLung « très subtil » se répand dans le corps puis les tendons, petits et grands se forment ainsi que le système osseux
  • 20ème semaine : moelle et os se forment.
  • 21ème semaine : le tissu cutané enveloppe le corps du foetus.
  • 22ème semaine : tous les orifices des organes sensoriels s’affinent et établissent un lien subtil avec l’extérieur.
  • 23ème semaine : cheveux, poils et ongles commencent à pousser.
  • 24ème semaine : les viscères et contenants précités s’épanouissent et le fœtus ressent un peu la douleur et le bien-être.
  • 25ème semaine : le rLung se met en mouvement.
  • 26ème semaine : l’esprit devient plus clair et attentif.
  • De la 27ème à la 30ème semaine : le corps est complet et ses fonctions 15ème semaineactives.
  • De la 31ème à la 35ème semaine : le foetus grossit et se développe selon la qualité des substances nutritives ingérées par la mère.
  • 36ème semaine : la matrice est comme une prison obscure pour le foetus qui s’y sent mal et éprouve cinq souffrances morales qui le poussent à vouloir s’en extraire.
  • 37ème semaine : sous l’influence du sexe, surgissent les sentiments erronés d’attirance ou d’aversion envers le père et la mère.
  • 38ème semaine : le rLung appelé « cause soutien » (Thogs-pa’i rKyen Zhes-pa’i rLung) pousse le foetus hors de la matrice : c’est la naissance.

Les raisons pour lesquelles la grossesse n’apparait pas

(Cher lecteur, chère lectrice, ceci est un texte médical ancien datant de plusieurs siècles qui repose sur le diagnostic traditionnel. Quelques éléments peuvent être jugés peu ragoûtants, mais nous avons choisi de les conserver au titre de l’intérêt culturel. )

Avant même tout rapport sexuel des géniteurs, le sperme de l’homme et le sang menstruel de la femme peuvent être déficients : en cas d’excès de rLung, le sperme et le sang menstruel sont âpres, ils prennent une teinte foncée et un goût astringent. S’il s’agit d’un excès de mKhris-pa, on la reconnaît au goût acide, à la teinte jaunie et à l’odeur désagréable qui se dégage. Une couleur grisâtre, une substance collante et un aspect froid sont, eux, les signes d’un excès de Bad-kan. Si rLung, mKhris-pa et Bad-kan peuvent avoir des caractéristiques défectueuses, il en est de même pour leur association (sang de mauvaise qualité associé à Bad-kan et rLung défectueux; sang et mKhris-pa tous deux déficients ; mauvais état de Bad-kan et de mKhris-pa etc.).

En de tels cas, puisque la semence ne sera pas efficiente, un traitement s’avérera nécessaire. D’autre part, si les karmas ne coïncident pas, il manquera là encore une cause à la conception. Le fait que toute existence repose sur la réunion de karmas idoines, vertueux, non-vertueux ou neutres, implique pour l’être qui erre dans le Bardo du Devenir, qu’une naissance humaine dépendra des actes vertueux préalablement accumulés. En même temps, la fécondation repose sur l’harmonie karmique des géniteurs. Dans le cas contraire, celui de karmas non-convergents, la conscience ne pourra pénétrer l’utérus. Si les mérites des géniteurs, issus de leur accumulation karmique, ne correspondent pas à ceux de l’individualité psychique qui cherche un corps, elle ne pourra s’introduire dans l’utérus. Tel est le cas si les parents sont de noble extraction et dotés de grandes vertus alors que l’être du Bardo ne possède que de faibles mérites, dans la situation inverse ou bien encore si le karma de leur rencontre n’a pas été accumulé On voit bien là ce que représente la puissance karmique.

Quand bien même il y aurait fusion du sperme et du sang menstruel avec une individualité psychique, ce qui représente la cause principale de la conception -, celle-ci ne pourra se produire s’il manque parmi les cinq éléments celui de la terre, bien que les autres soient réunis. En effet l’élément terre est ce qui représente la solidité, la fermeté. également, si l’élément eau est absent, le corps ne pourra s’arrondir ou s’allonger. S’il manque l’élément feu, même si les autres éléments sont présents, il ne pourra y avoir de maturation progressive. Le corps pourrira et se décomposera. S’il manque la nature de l’air, le corps ne pourra grandir, il gardera sa lourdeur et son aspect massif. Ces quatre éléments réunis, si celui de l’espace est absent, le corps ne disposera pas de l’étendue nécessaire à son développement, ce qui bloquera toute croissance et extension par manque d’espace vide.

Accouchement et naissance : plusieurs facteurs entrent encore en jeu pour permettre la naissance et pour déterminer sa date exacte.

Si l’on se réfère à l’embryologie tibétaine telle qu’elle vient d’être exposée, il parait évident que la médecine tibétaine est probablement la tradition thérapeutique ancestrale qui a connu la meilleure évolution ; certains commentaires de jadis s’avèrent d’ailleurs très modernes. Un regard scientifique sur l’histoire permettra de mettre ceci en évidence. 

Voir aussi : La grossesse et la mince ligne entre le bouddhisme et la médecine traditionnelle tibétaine.

1 réflexion au sujet de “La grossesse dans la tradition tibétaine (2/2)”

Laisser un commentaire

3 × cinq =