Khyenrab Norbou

Khyenrab Norbou est né en 1883 au pied du mont Lhagampo dans la région de Dagpo (province du Lhokha). Dès sa tendre enfance entra en religion au collège monastique des « Cinq offrandes » de Tséthang.

En 1896, il partit au Chagpori, à Lhassa, pour y suivre notamment des cours de médecine et d’astrologie.

Parmi les dix sciences, il étudia à la perfection les deux principales que sont la médecine et l’astrologie, auprès de nombreux maîtres tels que le 13ème Lama-médecin Jampa Thoubwang de Trekhang, le thérapeute Dorjé Gyaltsen, l’érudit Jampel Reulwé Lodreu, le lama sikkimais Orgyen Tenzin Gyatso, Ritchar Doungdzin du Tsari et Lama Jigmé Trinley, élève de Dharma Sengé.

En 1911, à l’âge de 29 ans, il entreprit de composer des ouvrages médicaux alors qu’il était responsable de la clinique du glorieux monastère de Drépoung et écrivit la biographie du second 13ème Lama-médecin.

En 1916, il devint à l’âge de 34 ans le responsable des études et le directeur du Mentsikhang, le nouvel Institut médico-astrologique qui venait d’être fondé à Lhassa, prenant alors en charge plus d’un millier d’étudiants venus de tout le Tibet, du Bhoutan, du Sikkim et du Ladakh notamment.

Il a composé plus de 18 sortes d’oeuvres dont :

  • « le joyau du coeur du jeune médecin : explication élaborée de la culture des plantes aromatiques » (bdud rtsi sngo’i ’khrungs dpe rgyas pa ’tsho byed gzhon nu’i snying nor),
  • « Le merveilleux épi doré : explication condensée de la culture des plantes » (sngo’i ’khrungs dpe bsdus pa ngo mtshar gser gyi snye ma),
  • « La Vache d’abondance exauçant les désirs » (yid bzhin ’dod ’jo),
  • « L’exquise coupe d’ambroisie immortelle des préparations médicinales indispensables» (Nyer mkho’i sman sbyor ’chi med bdud rtsi’i bum bzang) .

Après une longue vie consacrée avec passion aux malades de toutes conditions, il s’est éteint en 1962.

Laisser un commentaire

5 × trois =