L’origine des chiffres tibétains

La forme actuelle des chiffres tibétains a été dessinée, à l’origine, en prenant modèle sur l’homme.

Le chiffre 1 [1] ressemblait à la forme arrondie du sommet crânien. Pour tracer le chiffre 2 [2], on y avait ajouté une courbe représentant l’épaule. Pour former le chiffre 3 [3], on avait dessiné un œil sur l’épaule. De la même manière, le chiffre 4 [4] représentait une oreille et le 5 [5], un nez. On dit que le chiffre 6 [6] ressemblait à la forme de la bouche. Quant au chiffre 7 [7], il avait été tracé en prenant le menton pour modèle. Le chiffre 8 [8] correspondait au cou et le chiffre 9 [9] ressemblait, dit-on, à l’extrémité d’un pénis.

La constitution de ces chiffres a fondé l’arithmétique. C’est à partir d’eux qu’a été construite la suite numérale : un, dix, cent, mille, dix-mille, un million, un billion, etc., laquelle a été ordonnée en plus de soixante séquences, ce qui a permis le développement des mathématiques. Ensuite, l’utilisation des opérations arithmétiques (addition, soustraction, multiplication et division) s’est répandu.

C’est ainsi que sont nés les chiffres, base des mathématiques actuelles.

Laisser un commentaire

deux × 2 =